Masques histoire

Quel rôle les masques jouent-ils ? Leur diffusion et leur utilisation à grande échelle par la population servent-elles vraiment à contenir la contagion ? Comment les masques sont-ils nés et pourquoi ?

écrit Jeudi, de Emanuele Mortarotti

Nouveau rendez-vous avec les news de Dispotech. Cette semaine, notre blog est, par la force des choses, lié aux événements qui concernent le Coronavirus et sa propagation en Italie.

Quel rôle les masques jouent-ils ? Leur diffusion et leur utilisation à grande échelle par la population servent-elles vraiment à contenir la contagion ? Comment les masques sont-ils nés et pourquoi ? Nous essaierons de fournir des informations correctes et de répondre à ces questions simples mais importantes ; pour ce faire, nous utiliserons le support d’un article intéressant paru dans nytimes.com.

 

Nous pouvons le dire sans craindre d’être démentis : l’arrivée du Coronavirus en Europe a créé un effet de psychose sans précédent. Dans les pharmacies et les magasins, non seulement les désinfectants et les solutions hydroalcooliques pour se laver les mains, mais aussi les masques, ont été littéralement pris d’assaut. Cet objet qui protège la bouche et le nez, normalement disponible de manière simple et immédiate, est désormais devenu un véritable « objet de convoitise ». La demande de production de masques a augmenté de manière gigantesque : selon Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, la demande est 100 fois plus élevée et les prix 20 fois plus élevés que la normale. Des chiffres incroyables si l’on pense que les masques ne sont pas, de fait, considérés comme des outils utiles pour arrêter la contagion – se laver les mains est bien plus efficace.

 

L’utilisation des masques est une pratique courante dans les pays asiatiques, un fait culturel. Il sera arrivé à tout le monde de voir des vidéos, des reportages aux informations, des films et de remarquer que presque tout le monde porte un masque. Il y a ceux qui le font pour se protéger du smog et ceux qui le font pour contenir les effets des grippes saisonnières. Le fait est que, pour les Orientaux, le port du masque est avant tout un comportement dicté par la vie civile et la solidarité envers quiconque traverse une période de santé « précaire ».

Les masques anti-épidémie sont nés en Chine il y a environ un siècle grâce à un médecin, Wu Lien-teh, qui a été appelé par le gouvernement chinois à agir pour faire face à une épidémie de peste pulmonaire. Après avoir démontré que la maladie infectieuse se transmettait par voie aérienne, Wu a mis au point les premiers masques en apportant quelques modifications au modèle classique utilisé par les chirurgiens. Le Docteur Wu a demandé au personnel de santé, aux patients infectés et à leurs proches de porter un masque. En fin de compte, l’intuition de Wu s’est avérée correcte : bien que la peste pulmonaire tua de nombreuses personnes, l’adoption des masques a sensiblement réduit la contagion - diminuant les décès.

Avec le masque, non seulement un dispositif de protection très important était né, mais aussi un symbole : la Chine se maintenait définitivement comme un pays à la pointe dans le secteur médical.

 

C’est le SRAS de 2002 qui a définitivement changé les habitudes des Orientaux. Depuis lors, les masques ont été largement utilisés en Orient - à la fois pour se défendre contre la pollution de l’air et pour contenir la propagation des virus. Les Chinois et les Orientaux en général considèrent le port du masque comme un acte de solidarité et de respect pour leur communauté ; une action profondément civile qui rassemble les gens dans des périodes où la peur et la psychose peuvent facilement prendre le dessus.

 

Et vous, que pensez-vous de cet article ? Contactez Dispotech et donnez-nous votre avis !

Emanuele Mortarotti
Auteur Emanuele Mortarotti

Manager

écrivez un commentaire